Les trésors de l’atelier. En faisant tomber le plancher on a retrouvé des sacs remplis de vieux vêtements de travail, et au milieu de ces vêtements, une boite avec des lettres à Marie-Louise, écrites en 1945. L’histoire pourrait s’arrêter là, ça serai déjà une belle trouvaille. Mais le mieux dans tout ça, c’est qu’on la connait Marie-Louise, puisque c’est elle qui nous a vendu la ferme. Elle a maintenant 94 ans, et je compte bien aller lui rendre les lettres de son amoureux de 45.